Soleil d’hiver

prairieSoleil d’hiver
Horizontal
Une pâquerette solitaire étale sa corolle blanche dans l’herbe
Les perce-neige s’épanouissent en nappe sous les arbres, petite foule timide et pâle
Mais on ne voit qu’elles
Blanc pur
Le sol est encore froid et humide
Mais dessous les graines rêvent au printemps
La terre semble dormir encore
Et pourtant
Elle prépare l’explosion du printemps

J’entends au loin la rumeur des hommes qui travaillent
Une buse vole en rond dans le ciel résolument bleu
Son cri résonne entre les arbres
Me fait lever la tête
Son cri comme un rappel de la vie sauvage
Ne pas l’oublier lorsque je marche dans les rues de la ville
Un corbeau marche vers moi
De sa démarche pondérée et fière
Pas de vent
Peut être une brise légère
Qui fait bruisser les sous-bois
Et frissonner les herbes courtes et drues du pré

Le pré… vert, tendre, infini
Invite à la course échevelée
En long et en travers
Je voudrais être un lapin
Et courir…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *