Queen’s day | Koninginnedag 2006

Hier, c’était le jour de la reine. Les trottoirs étaient pleins de gens qui se sont levés très tôt afin de se réserver une place pour exposer leurs petites choses devenues inutiles pour eux-mêmes et qu’ils vendront à des gens levés très tôt aussi afin de dégotter la perle rare. Ainsi, ces menues choses passeront du statut d’inutile au statut d’indispensable. Si les choses pouvaient parler !
Une multitude de bateaux tout harnachés de orange (la couleur de la reine) arpentent les canaux, avec dedans des grappes d’humains tout excités, le ventre rempli de bières. Celle-ci coule à flots, comme la musique d’ailleurs.

Dans le Vondelpark, la place est réservée aux enfants, qui déploient des trésors d’imagination pour vider les porte monnaies des grandes personnes. Cela joue du violon, ça chante, ça peint des cailloux, ça vous vend des poèmes, des compliments ou de bonnes idées, ça vous invente des jeux, ça vous propose des maquillages, et que sais-je encore…

Bon, moi je vous parle de tout ça comme si j’y étais. En réalité, je n’ai pas mis le nez dehors. Car je n’aime pas les foules compactes, et aux humains avinés et bruyants, je préfère l’ivresse des grands sommets. Oui, mais voilà, il n’y a pas de grands sommets en Hollande, alors je reste chez moi et je fais mes petites affaires.

J’ai fêté la reine à ma façon. J’ai repeins en blanc les boiseries de la pièce où j’écoute la grive musicienne le soir (soit dit en passant, je ne l’entends plus, les merles ont pris la relève). J’ai cousu pleins de housses de coussins bleus, j’ai gratté la terre et rempoté des plantes, j’ai lu Colette, j’ai fait la sieste et la cuisine … and so on…

Est-ce la peine de préciser que Bagatelle et Pétronille y étaient au Queen’s day. Elles avaient mis leurs petites brassières oranges et chaussé leurs rollers. Dieu seul sait quelles folies elles ont pu faire ! Je préfère ne pas le savoir…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *